Témoignage

EN ATTENDANT LES MAISONS PARTAGÉES A TOULOUSE

Que vit-on concrètement dans une maison Simon de Cyrène ? En attendant la pose d’une première pierre à Toulouse, nous regardons vers Marseille où une maison partagée a ouvert il y a neuf mois. Rencontre avec Sylviane, résidente en situation de handicap.

Sylviane, vous vivez dans l’appartement Malanga, comment sont répartis les espaces personnels et partagés ?

À Marseille, l’association Simon de Cyrène a 3 appartements partagés en duplex dans 3 bâtiments d’un immeuble situé dans le quartier des Charteux. Mon studio est au 4ème étage et il y a l’espace commun au-dessus : une cuisine et une grande salle à manger de 80 m2 avec un coin salon. Je peux cuisiner chez moi si je veux et recevoir ma famille et mes amis même si je préfère faire les courses, cuisiner et prendre les repas à l’étage avec les autres résidents. Nous sommes 4 résidents en situation de handicap et nous vivons avec 4 salariés dont 2 assistantes internes qui habitent avec nous. Il y a toujours quelqu’un pour m’accompagner quand je sors prendre l’air ou pour mes rendez-vous médicaux.

 

Qu’est-ce qui a changé pour vous depuis ce déménagement ?

J’étais dans mon appartement à moi depuis 20 ans et des personnes venaient pour me soigner et m’apporter les repas. Cela a été très difficile de le quitter mais maintenant je ne le regrette pas. Je suis bien ici. Ce que j’aime, c’est que je peux choisir des activités qui me font plaisir et je peux continuer à être soignée tout en habitant avec d’autres personnes.
Il y a plus de gaieté dans ma vie. Je ne suis plus seule et mon fils peut venir me voir quand il veut, même avec ses amis. Récemment, nous avons même fait un apéritif pour toutes les familles. L’après-midi nous profitons des activités du Cabanon, notre GEM, au rez-de-chaussée où nous retrouvons aussi les habitants des deux autres appartements. Le soir, nous pouvons partager un moment ensemble aussi autour d’un film, d’un jeu, j’aime particulièrement la bataille Corse !

Qu’est-ce que vous appréciez particulièrement ?

Je me sens en sécurité et, à part pendant la sieste, j’ai toujours de la compagnie et des activités possibles qui me stimulent. J’aime vivre avec les autres et je ne sens pas de contrainte dans l’organisation de la vie partagée car nous la choisissons ensemble. Enfin, cela me rassure de savoir que la nuit, si besoin, je peux sonner et que quelqu’un viendra m’aider.

 

Ensemble, donnons vie à nos maisons partagées

Si vous souhaitez soutenir la communauté Simon de Cyrène de Toulouse
et son projet de Maisons Partagées, vous pouvez :

Voir aussi

Restons en contact : inscrivez-vous à notre newsletter

Pour recevoir les dernières nouvelles de nos projets et activités.


    Menu