Actualités

LES FUTURES MAISONS DE PARIS AU SEIN D’UN PROJET SOLIDAIRE

Les futures Maisons Partagées Simon de Cyrène à Paris seront construites au coeur du 6e arrondissement de Paris, dans un vaste lieu situé rue de Vaugirard et au sein d’un projet solidaire. Rencontre avec Jacques Matha, président de l’AIDP, responsable du projet « Vaugirard ».

Le 110 rue de Vaugirard était un monastère installé à cet endroit en 1820, constitué de plusieurs bâtiments et d’un jardin de 4 000 m2. Au début des années 2010, alors que les religieuses n’étaient plus que quatre à occuper les lieux, elles décidèrent de se séparer de ce monastère et ont émis le souhait que cet ensemble ne soit pas vendu mais qu’il soit donné au diocèse de Paris.

Comment a été élaboré le projet immobilier ?

Il a été décidé que ce projet sortirait de l’habitat social au sens classique et, qu’après des opérations de rénovation et de construction, les lieux abriteraient un habitat partagé solidaire. Une crèche et deux commerces devraient compléter l’ensemble. Quant au jardin, actuellement dissimulé par les hauts murs du couvent, il pourrait être ouvert au public dans la journée et dévolu, pour partie à un jardin partagé entretenu par les colocataires de l’Apa et, pour une autre, à une aire de jeux.

Le projet social a été dévolu à trois associations :
Marthe et Marie, qui accueille des mères célibataires, les loge et les accompagne le temps de leur grossesse et durant les premiers mois de leurs enfants.
La seconde association est l’Association pour l’amitié (Apa), dédiée aux personnes sans domicile fixe. Hébergées en colocation puis en studios, elles vivent avec des bénévoles qui aident à leur réinsertion.
Quant à la troisième, il s’agit de Simon de Cyrène, avec la construction d’une Maison Partagée où vivront 21 personnes handicapées et 14 valides, professionnels et bénévoles au titre du Service Civique.

Avec ce projet, l’AIDP veut aider à la promotion de solutions novatrices où mixité et « vivre ensemble » sont ici vécues in vivo et au quotidien. Ces trois associations ont, en effet, un point commun : celui de mener des activités de colocation au bénéfice de populations « fragiles » qui vivent aux côtés d’actifs dans l’esprit de Jean Vanier.

Elles ne construisent pas de murs là où elles s’investissent. Leur action vise, au contraire, à les faire tomber, à proposer une ouverture sur la société avec des lieux qui participent au décloisonnement entre des publics différents. Aujourd’hui, un nouveau défi est lancé : avec 3 associations vivant dans les mêmes lieux, le projet prend de l’ampleur. Il leur reste à inventer ce qui les liera…

 

Associez votre nom au projet Simon de Cyrène à Paris

Si vous souhaitez soutenir la communauté Simon de Cyrène de Paris
et les différents projets qu’elle porte, vous pouvez :

Voir aussi

Restons en contact : inscrivez-vous à notre newsletter

Pour recevoir les dernières nouvelles de nos projets et activités.


Menu
nunc ante. elit. vel, justo risus. ut eget consequat. tristique dapibus quis