Témoignage

JE NE M’ATTENDAIS PAS A EN RECEVOIR AUTANT

Inès fait partie du groupe de Compagnons Simon de Cyrène de Marseille. Elle témoigne de ce qu’elle a vécu les 2 et 3 juin dernier à Rungis… Récit au coeur de la Fête Fédérale des 2 et 3 juin 2018…

 

Chers amis,

Nous sommes venus à la Fête fédérale avec 11 autres compagnons marseillais. Sylviane, Didier, Samuel et Mathieu sont nos chers compagnons en situation de handicap. Je pars pour leur permettre de passer un super week-end. Je ne m’attendais pas à en recevoir autant moi aussi !

 

J’arrive à l’hôtel et je rencontre Jean-Louis. Nous parlons mais il est un peu sur la réserve. Il ne me connait pas et je suis peut être un peu trop énergique pour  lui ! Je le pousse gentiment sur le bras pour l’inviter à avancer mais il se recule. J’ai tout faux ! Il me dit de ne pas le toucher et surtout pas son bras gauche qui lui fait très mal ! Première leçon : prendre le temps, être à l’écoute ! Plus tard, je le recroise et je lui propose de l’accompagner dans une salle de repos. Il accepte, baisse la garde et nous partageons en silence ce trajet.

Pendant le déjeuner, j’explique le programme à Mathieu. C’est la 1ère fois que je passe tant de temps avec lui. Il parle vrai! Il n’aime pas, il le dit ; il est heureux, il partage son ressenti !

Vient le temps des ateliers. Didier et Mathieu ont participé au café philo. Le soir, à la veillée, nous découvrons leur poème sur le Talent!

Didier est très fier, il pose pour une photo avec son poème et un grand sourire. Didier parle très difficilement mais il communique beaucoup : très souvent le pouce levé pour dire que c’est cool. Je le sens heureux d’être là. Didier a 42 ans et a eu un accident à 19 ans. Depuis, il vit chez sa mère. Didier est très reconnaissant envers elle et est heureux qu’elle fasse une pause sans lui.

J’aimerais rendre hommage aux aidants, parents, frères, mères… et leur transmettre toute mon admiration. Les maisons Simon de Cyrène sont aussi là pour soulager les aidants… Nous espérons donc que les maisons de Marseille vont vite sortir de terre.

Le temps de la veillée est déjà là ! Moment incroyable avec les percussions ! Puis vient la présentation des marionnettes : Quel travail ! Les créateurs sont fiers en nous les présentant ! J’ai été particulièrement touchée par Léontine… Elle nous a dit être très timide mais j’ai aussi senti beaucoup de douceur en elle…

Le théâtre : en 2 heures de temps, ces acteurs d’un soir ont réussi à monter une petite pièce ! Je retiens particulièrement Claudine. Elle m’a raconté sa vie d’avant, une grande sportive : judo et ping-pong. Elle était très touchante ! La danse : Très belle mise en scène, avec ses ballons. Tout m’a émue mais mes yeux n’ont pas quitté Marie … Son sourire pendant toute la danse, son bonheur dans ses yeux … Elle était si belle !

C’est au tour de la chorale ! Notre compagnon Samuel de Marseille est là ! Il aime chanter et aime la musique. La musique est lancée, les lumières aussi. Sylviane est à fond sur la piste de danse. J’ai même dansé un rock endiablé avec Didier et son fauteuil !  Didier je dois te le dire, c’était très sympa mais tu m’as pété le dos ! Arrête je t’entends rigoler d’ici…

Une bonne nuit de sommeil à l’hôtel. Mon sac à émotion est déjà bien rempli, je le sens prêt à déborder … Et çà ne va pas tarder !

En sortant de l’hôtel, je tombe sur Olivier avec qui je fais le spectacle des couleurs. Je m’assois un moment à côté de lui et il me raconte sa vie. Je l’écoute, son discours me touche. Je le sens en colère contre la vie, contre son accident qui lui a fait perdre sa vie d’avant… Heureusement, il vit dans une maison partagée, il n’est pas seul. Il voudrait juste pouvoir retrouver un travail. Je fais le trajet jusqu’au chapiteau avec son groupe.

 

J’ai pris sur moi les joies, les sourires, les souffrances, la colère et les larmes de toutes les personnes que j’ai rencontrées… Je me sens petite par rapport à eux, je suis en colère pour eux, je suis triste pour eux mais surtout je les admire ! Je les trouve forts et grands !

Nous voilà déjà de retour dans l’avion, épuisés mais heureux. Et ce n’est pas fini ! Didier a passé une heure à échanger avec son voisin, David, un inconnu, qui nous pose beaucoup de questions. Puis, ça sort sans que j’y pense… j’ai une sclérose en plaques depuis 4 ans. Pour l’instant, J’ai juste été paralysée du côté gauche pendant 4 heures. Rien du tout donc comparé à tous mes amis en fauteuil, mais suffisamment pour avoir peur, me projeter dans un fauteuil et m’imaginer avec une autre vie. Sylviane étant à côté de moi, a tout entendu et n’était pas au courant. Alors là, elle a complètement oublié qu’elle avait peur dans les turbulences, s’est tournée vers moi avec beaucoup de compassion et m’a dit : « Oh, ma pauvre chérie, pas toi… ». Bon là, j’ai encore eu du mal à contenir mes larmes !

J’étais venue pour m’occuper d’elle, pour sécher ses larmes et voilà que c’est elle qui me porte… Je suis devenue moi aussi fragile et petite… Elle est devenue l’aidante l’espace d’un instant !

Inès,
Compagnon Simon de Cyrène Marseille

Voir aussi

Restons en contact : inscrivez-vous à notre newsletter

Pour recevoir les dernières nouvelles de nos projets et activités.


Menu
id ut venenatis, neque. et, Praesent suscipit